Posts tagged pipe

Salons de thé littéraires

 « Adorable salon de thé parisien aux murs couverts de livres variés. Idéal pour venir bouquiner seule en dégustant un thé fin… » (Lu sur une affiche)

Cliquer pour voir la vidéo

Ayant enfin compris
Que plaisir de la table
Et plaisir de l’esprit
Sont en tous points semblables,

On voit les pâtissiers
Se muer en libraires
Et les salons de thé
En cafés littéraires.

Mais les mets qu’on nous sert
A ces tables exquises,
Ne sont que miel, desserts,
Douceurs et mignardises.

Que diable n’y sert-on
Morbleu, de la caillette,
Du pâté, du jambon,
Et de la tartiflette ?

Que n’y boit-on du vin,
Au lieu de ces tisanes,
Infusions et thés fins,
Et autres valérianes ?

Foin itou des romans
Qui en ces lieux se lisent :
On les lit en gourmands,
Comme des friandises.

Ils ne sauraient nourrir
L’âme simple et rustique
Dont l’unique plaisir
Gît dans l’herméneutique.

On n’est pas des ingrats !
On veut de l’os-à-möelle :
Des livres bons et gras
Ecrits sur forte toile.

Il nous faut du Platon,
Du Plotin, du Plutarque,
Du Rabelais, crénom !
Ainsi que du Pétrarque.

Peu nous chaut le Goncourt !
La rentrée littéraire,
Ses livres de concours,
Nous n’en avons que faire.

Mais j’ai d’autres raisons
Pour fuir les gâteries
Qu’on sert dans ces salons
Et dans leurs galeries.

C’est qu’on y interdit
L’accès au pauvre type
Qui vient en érudit
Pour y fumer sa pipe.

On y proscrit aussi
De fumer le cigare !
Je préfère à ce prix
Lire du « hall de gare ».

Car comment, dites-moi,
Sonder une pensée
Et méditer son poids,
Sans faire de fumée ?

Pour toutes ces raisons,
Et pour d’autres encore,
Je dis ma conviction,
(N’en déplaise aux pécores)

Que le meilleur endroit
Pour lire de bons livres,
C’est encore chez soi :
Au moins, on sait y vivre.

Jaufré Cantolys

Voir la vidéo

thé littéraire2

Publicités

Comments (1) »

Le buisson ardent

« Moïse aperçut un buisson qui était tout embrasé et qui pourtant ne se consumait pas » (La Bible)[i]

Selon un verset de l’Exode,
(Livre aujourd’hui passé de mode)
L’Eternel parla à Moïse
Du milieu d’un buisson ardent.
Sur quoi les docteurs de l’Eglise
Ont plus écrit que sur Adam :

« Quel bois, quel arbre, quelle essence,
(S’étonnent ces gens de science)
Peut arder sans se consumer ?
C’est absolument impossible ! »
L’un d’entre eux leur répond : « Oui mais
C’est pourtant ce que dit la Bible. »

Moi qui ne suis point exégète,
(Mais humble pécheur et poète)
Je veux dire à ces braves types
Que tous les jours je réitère
Ce miracle en fumant ma pipe :
Elle est faite en bois de bruyère.

Jaufré Cantolys


[i] Livre de l’Exode, chapitre 3

Leave a comment »

Pipe ou cigare?

« Celui qui ne jure que par la pipe et celui qui ne jure que par le cigare demeurent étrangers » (Joachim A.Franck)[i]

Fumer la pipe ou le cigare?
Voilà le genre de questions
Qui surgissant sans crier gare,
Provoque schisme et divisions.
Les vieux partisans du cigare
Soulignent la préparation,
La minutie, les gestes rares,
Préalables à l’ignition.

Il faut, disent ces purs esthètes,
Couper soigneusement l’embout,
Puis chauffer lentement la tête,
Sans quoi l’on gâte tout le goût.
A quoi l’adepte de la pipe
Répond que bourrer son fourneau
Réclame aussi quelques principes
Qui ne sont point pour les jeunots.

De plus, entretenir la braise
Réclame un soin des plus constants,
Ce qui met d’emblée mal à l’aise
Ceux qui fument en discutant.
Aussi les fumeurs de bouffarde,
Gens taciturnes et railleurs,
Prient-ils ceux de la gent bavarde
De fumer leur vitole ailleurs.

Sur quoi les fumeurs de havane
S’empressent de faire valoir
A ces benêts et à ces ânes
Le rôle social du fumoir :
« Fumer tout seul un brûle-gueule
Est égoïste et asocial :
C’est le vice des âmes veules
Qui veulent lire leur journal.

– Oui, mais votre barreau de chaise
N’est plus, une fois consumé.
Tandis que la pipe, à notre aise,
Peut derechef être fumée ! »
Tels sont les points de controverse
Entre les deux clans et partis.
Ils ratiocinent, tergiversent,
L’un prouve et l’autre répartit.

C’est à Einstein que se réfèrent
Les amateurs de la Dunhill,
Tandis que les autres préfèrent
Le style de Winston Churchill.
L’un, fort de ses raisons, exulte ;
L’autre réfute l’argument…
Si bien qu’à la fin ils s’insultent
D’un ton salace, et vertement.

Pour en finir, ces bouches fines
Pourraient bien en venir aux mains,
Et leur guerre picrocholine
S’éterniser jusqu’à demain.
Le mieux, pour conclure la paix,
Serait de fumer en équipe
Un bon calumet de la paix…

Mais comme on sait, c’est une pipe.

Jaufré Cantolys


[i] Joachim A.Franck, Le livre du fumeur de pipe, Robert Laffont 1971, p.193

Leave a comment »

Partie de chasse

Partie de chasse

Cliquer pour voir la vidéo

À la gare nous arrivâmes,
Par malheur ! quand tout était pris.
Mais, voulant partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec nos chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Certes, à notre accoutumée —
Car on sait vivre, Dieu merci !
Nous voulions d’abord savoir si
Les incommodait la fumée !
« Oui, messieurs » — non sans quelque humeur,
Nous répondirent ces bégueules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance !
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! Plutôt mourir ! »
Fîmes-nous. — Allons, on commence…
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Bientôt, une fumée atroce
Envahit le compartiment.
Les pauvres ! bien certainement,
Ne devaient pas être à la noce,

Tandis l’une disait : Je meurs !
Une autre tapait sur nos gueules…
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Qu’arriva-t-il de ces sorcières ?
Eh bien, mais… d’un commun accord,
On les jeta par-dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Du geste auguste des semeurs
Elles churent dans les éteules…
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

(adapté de Raoul Ponchon, in La Muse au Cabaret)

Voir la vidéo

Partie de chasse

Leave a comment »