Posts tagged chanson

L’homme armé

L'homme armé

Cliquer pour visionner la vidéo

 «Guillaume Dufay (1400-1474) fut le premier à composer une Messe sur le thème de l’Homme Armé, chanson populaire aux paroles assez salées» (Histoire de la Musique)[i]

Il advint que le grand Dufay,
Chantre et chanoine de Chimay,
Fut las d’écrire des Kyrie
Pour le pape et pour son armée.

Cette panne d’inspiration
Ne le laissa point désarmé.
Il vint chercher consolation
Au cabaret de l’Homme Armé.

Ragaillardi par la boisson
(Et comme il n’était point gourmé)
Il y apprit de vraies chansons,
Comme celle de l’Homme Armé.

Ce fut une révélation :
Par ce thème il fut si charmé,
Que retournant à sa maison,
Il composa, sur l’Homme Armé,

Une messe en parfait latin
Pour les dimanches de l’année,
Dont le titre assez libertin,
Fut la Messe de l’Homme Armé.

Ah, si tous les refrains à boire,
A boire, à rire et à ramer,
Avaient connu leur jour de gloire,
Comme celui de l’Homme Armé !

Quant à moi je n’ai qu’un regret :
C’est qu’en la ville de Chimay
Ait disparu le cabaret
Dont l’enseigne était l’Homme Armé.

Jaufré Cantolys

Voir la vidéo

L'homme armé


[i] Voir Lucien Rebatet, Une histoire de la Musique, Robert Laffont, Collection Bouquins, p.90 et ss.

Publicités

Leave a comment »

Partie de chasse

Partie de chasse

Cliquer pour voir la vidéo

À la gare nous arrivâmes,
Par malheur ! quand tout était pris.
Mais, voulant partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec nos chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Certes, à notre accoutumée —
Car on sait vivre, Dieu merci !
Nous voulions d’abord savoir si
Les incommodait la fumée !
« Oui, messieurs » — non sans quelque humeur,
Nous répondirent ces bégueules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance !
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! Plutôt mourir ! »
Fîmes-nous. — Allons, on commence…
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueules.
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Bientôt, une fumée atroce
Envahit le compartiment.
Les pauvres ! bien certainement,
Ne devaient pas être à la noce,

Tandis l’une disait : Je meurs !
Une autre tapait sur nos gueules…
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

Qu’arriva-t-il de ces sorcières ?
Eh bien, mais… d’un commun accord,
On les jeta par-dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Du geste auguste des semeurs
Elles churent dans les éteules…
Dans le wagon des dames seules
Nous étions quarante fumeurs.

(adapté de Raoul Ponchon, in La Muse au Cabaret)

Voir la vidéo

Partie de chasse

Leave a comment »