Bouteille et flacon

« Quelle différence est entre bouteille et flacon ? Grande, car bouteille est fermée à bouchon, et  flacon à vis » (Rabelais)[i]

Voir la vidéo

Le plus grand vice, assurément, de notre époque
Est qu’on admet trop aisément les équivoques.
On ne désigne plus les choses par leurs noms.
Tel appelle bouteille un vulgaire flacon :
Quelle hérésie, mon Dieu, et quelle aberration !
Car flacon ferme à vis, et bouteille à bouchon.

Affiche-t-on tant de négligence coupable
Quand il faut décider, à l’heure de la table,
Entre oignons ou lardons, mortadelle ou jambon ?
L’artisan confond-il mortaises et tenons ?
Le chrétien confond-t-il entre Dieu et Mammon ?
Or flacon ferme à vis, et bouteille à bouchon.

Un mien ami m’entretenait métaphysique.
Or, en me refaisant la preuve ontologique,
Je vis qu’il confondait ferio et celapton.
Il n’eut jamais commis pareille confusion
S’il avait retenu de ses primes leçons
Que flacon ferme à vis, et bouteille à bouchon.

Non Messieurs, ce ne sont point des erreurs vénielles !
Il est vrai qu’en amour quelquefois je m’emmêle
Entre Flore et Fanchon, Phillis et Madelon.
Mais ce sont là questions de bien moindre importance
Que lorsqu’il faut trancher, sans nulle ambivalence,
Si flacon ferme à vis, ou bouteille à bouchon.

Certains observeront, d’un air plein de finesse :
« Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ! »
Je réponds : « Soit ! Mais point d’ivresse sans flacon. »
De même sans essence, il n’est point d’existence.
Oui, toute dialectique est là, dans ces nuances…
Car flacon ferme à vis, et bouteille à bouchon.

Je vous exhorte donc, vous tous, frères de langue,
Et là-dessus je vais conclure ma harangue,
A bien méditer ces subtiles distinctions
Oyez donc Rabelais, homme plein de raison,
Qui pour l’Eternité posa en équation
Que flacon ferme à vis, et bouteille à bouchon.

Jaufré Cantolys

Voir la vidéo

BOuteille ou flacon


[i] La question et la réponse sont données par Rabelais au chap.5 de son Gargantua. D’après une note de Marcel Schwob, Rabelais reprend ici une vieille plaisanterie grivoise du XVème siècle, reposant sur l’assonance entre vis et vit (M.Schwob, François Rabelais, Ed. Allia 1990, p.20)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s